top of page

La Caravelle, le premier avion moderne d'Air France

Dernière mise à jour : 17 févr. 2022

Quand on parle des avions mythiques de la flotte Air France, il est difficile de ne pas évoquer la Caravelle tant cet avion a révolutionné le pilotage. Découvrons l'avion qui a bousculé son époque.

Le premier jet construit en série

Au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, la plupart des compagnies aériennes utilisent encore des avions à hélice, notamment avec des moteurs à piston. Ces avions volaient souvent à basse altitude et à faible vitesse. Relier les principales capitales européennes était long et nécessitait des escales. Il fallait pouvoir réduire les temps de parcours tout en proposant un service de qualité aux voyageurs. Les avancées dans le domaine de l'aviation militaire allaient permettre de moderniser totalement le visage de l'aviation civile.

En 1949, le constructeur britannique De Havilland propose son premier avion équipé de turboréacteurs : Le Comet. Malheureusement c'est un échec. L'avion est très fragile et les accidents sont fréquents. La fabrication est très vite arrêtée et les compagnies aériennes boudent le jet. Les constructeurs penchent donc sur un avion plus sûr qui répondrait totalement aux commandes clients : un avion moyen-courrier capable de remplacer le DC-4.

Le prototype vole pour la première fois en 1955. C'est un succès, et Air France se porte acheteur de l'avion. Le premier exemplaire, baptisé "Lorraine" fut livré le 24 Mars 1959 à Orly. Les premiers vols commencèrent le 5 Mai.

Une conception résolument moderne et inédite

Quand on regarde l'avion, on remarque tout de suite que les 2 moteurs ne sont pas situés sous les ailes, mais au niveau de l'empennage. Il s'est avéré qu'avec cette disposition, la performance des ailes n'était nullement dégradé, mais surtout que cette disposition réduisait fortement le bruit en cabine. Cela changeait des avions à hélices qui étaient extrêmement bruyants.


On remarque aussi sur la photo que les ailes ne sont plus droites, mais en flèche. Pour l'époque, cette disposition était assez nouvelle : On avait encore l'habitude de l'aile droite des avions à hélice.

Enfin, l'électronique de bord et les commandes de l'avion étaient totalement inédites et novatrices : on pouvait décoller et atterrir de manière totalement automatisée, et par tout temps. En 1969, la Compagnie Air Inter réalisa un atterrissage en "Phase III" avec un plafond de 20m et 200m de visibilité horizontale. En clair, impossible d'atterrir sans instruments de bord programmés avec des caps et des balises. Grâce à la Caravelle, le vol aux instruments fut totalement révolutionné. La Caravelle était un appareil très fin et capable de planer. Le 16 Avril 1959, Air France effectue une démonstration avec la Caravelle F-BHRA entre Paris et Dijon. L'avion décolle d'Orly avec les moteurs au ralenti, remet les gaz pour atteindre son altitude de croisière où les moteurs sont coupés pour laisser l'appareil planer. 46 minutes plus tard, les moteurs sont remis pour effectuer l'atterrissage à Dijon.

Niveau aménagement, la Caravelle pouvait transporter une centaine de passagers en aménagement monoclasse, et 82 passagers en aménagement 2 classes. La disposition retenue est en 2+2 en Première classe, et 3+2 en classe économique. La Caravelle jouissait d'un très bon niveau de confort et était appréciée des voyageurs.


Une carrière riche, mais courte chez Air France

Lors de son entrée en service, la Caravelle fait cavalier seule dans l'ère des jets moyen-courrier. Air France choisit de l'utiliser sur de nombreuses lignes européennes, et la compagnie à l'hippocampe ailé place cet avion comme l'appareil star de la compagnie.